AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I know you || Daniel J.S. Candel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: I know you || Daniel J.S. Candel   Lun 25 Aoû - 12:38

June avait bu. Elle avait également danser. Ce qui en toute logique était normal si l'on traînait dans une boîte de nuit. Mais chose inhabituel, elle avait été prise de nausée et avait dû partir plus tôt que d'habitude, c'est à dire vers 22h... C'est donc après un bref salut à sa bande de copain qu'elle s'en alla, le bras sur le ventre. C'était bien la première fois que ça lui arrivait.

Une fois à l'extérieur, elle s'adossa à un mur, le regard dans le vide. L'air frai avait beau lui faire un bien fou, elle se sentait toujours barbouillée et elle devait rentrer chez elle à pied. Ce serait long...très long. Une idée lui passa bien par la tête, mais elle se dit qu'il valait mieux éviter. Elle se voyait mal arriver chez Naël dans cet état là et le mieux qu'elle pourrait trouver c'est une bonne engueulade qu'elle aurait mérité de toute façon.

La demoiselle se mit donc en marche, s'éloignant au fur et à mesure de la boîte de nuit. Elle avait bu mais pas assez pour être saoul et mal grès cela, elle sentait tout de même l'alcool. Elle avait dû s'en renverser sur elle ou quelqu'un d'autre avait dû le faire. Elle ne se souvenait plus.

Des bruits de pas lui firent relever la tête. Au loin, quelqu'un s'approchait. Elle mit quelques secondes avant de le reconnaître. Daniel. Une personne qu'elle connaissait assez bien pour savoir qu'elle aurait tout donner pour ne pas tomber sur lui maintenant. Ils s'entendaient une fois sur deux et il était rare que quand ils soient ensemble ça ne tourne pas au vinaigre au moins une fois. Ils avait une relation des plus étrange qui tanguait entre ami-ennemi. Et là, franchement, elle aurait tout donné pour ne pas se faire rabattre les oreilles par lui car elle savait qu'il ne manquerait pas de le faire.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Deuils : 35 Enterré le : 22/08/2014 Job : Juge

MessageSujet: Re: I know you || Daniel J.S. Candel   Lun 25 Aoû - 14:22


I know you.
Dan & June

Même cinq mois après, mes parents n’avaient toujours pas plus de joie de vivre. Je venais de faire un petit tour sur terre pour voir comment ils allaient, mais mon père était assis dans le canapé en tenant mon vieil ours en peluche, le regard fixé dans le vide, et ma mère pleurait dans son sommeil. Cette vue me rendait triste et me donnait envie de leur gueuler que j’étais toujours là, avec eux, mais à quoi bon ? Ils ne pouvaient ni m’entendre, ni me voir, alors je n’avais aucun moyen de le leur faire savoir. J’avais tout essayé : une lettre, faire tomber un objet, leur rentrer dedans, leur faire de grands signes, mais rien n’y faisait. Il me faudrait attendre jusqu’au moment où ils passeraient l’arme à gauche eux aussi, et même si j’étais dans un certain sens impatient que ce moment arrive, je n’avais pas le droit de penser de telles choses. Si j’avais été vivant, je n’aurais jamais voulu qu’ils meurent, alors il fallait que je sois patient et que je laisse la nature faire son boulot, c’est tout.

Comme bien souvent, je me retrouvais sur la route. Je m’étais acheté une nouvelle voiture – enfin, une nouvelle vieille voiture, en fait – il y a cinq mois, vu que celle dans laquelle je me déplaçais avant ma mort avait complètement rendu l’âme elle aussi suite à l’accident. Et puis, bon, je n’avais pas encore trouvé de moyen pour transférer des objets d’un monde à l’autre, pour peu que ça soit possible, donc je devais me contenter d’une Ford Mustang des années soixante, entièrement blanche. Bon, elle avait la classe, ma voiture, ça je devais bien l’avouer, et puis le prix avait été très attrayant. Mais l’autre me manquait, c’était indéniable.

Il était vingt-deux heures passées et je revenais d’un petit tour en bagnole pour me changer les idées. Je n’avais pas vraiment eu de but, je m’étais simplement aventuré sur les routes forestières, désertes à cette heure-là. Les routes désertes ne me rassuraient guère, mais elles me permettaient pourtant de reconstituer mon accident et de réfléchir encore et encore à la raison de ma mort. C’était complètement dingue, quand même, une mort pareille… Mais soit, j’étais relativement bien, dans le monde des fantômes. Ca m’avait un peu effrayé au début, mais le sentiment étrange qui m’avait envahi avait laissé place à de la compréhension et de l’acceptation, et c’était tant mieux.

A mon arrivée en ville, les voitures se faisaient plus nombreuses et, bien que concentré sur la route, je m’accordais des petits coups d’œil autour de moi. N’étant pas fan de l’ambiance nocturne, je me dépêchais pourtant de rentrer, mais il y avait des gens intrigants, mine de rien. Je savais que je reverrais plusieurs d’entre eux le lendemain, pour décider de la punition pour leurs conneries de ce soir. Je secouai la tête, puis mon regard se posa sur une petite blonde qui se tenait le ventre, quasiment courbée en deux. Je fronçai les sourcils et, inquiet, je garai ma voiture le long de la route, pour finalement en sortir et m’approcher de la jeune fille. En la reconnaissant, je m’arrêtai un moment, soupirai, puis poursuivis ma route. June. Pourquoi ça ne m’étonnait pas d’elle ? Elle m’aperçut elle aussi et je la vis hésiter un peu. A mon avis, elle savait très bien qu’elle allait passer un sale quart d’heure.

« June ! Qu’est-ce que t’as foutu, encore ? » Je secouai la tête et d’une voix agacée, je continuai : « T’es pas croyable, quand même. Bon allez, viens, je te ramène chez moi, je veux pas que tu passes la nuit toute seule. »

June était sûrement une des filles avec lesquelles je me sentais le plus à l’aise. Enfin, je n’avais aucun mal à lui parler, en fait. Mais elle m’en faisait voir de toutes les couleurs, et je devais jouer les sauveurs presque une fois sur deux, quand je la voyais. Je passai un bras autour de ses épaules et la conduisis vers ma Ford, avant de lui ouvrir la porte.

« Allez, on s’en va d’ici. » lui dis-je en soupirant.

La laisser seule chez elle alors qu’elle semblait mal en point ne me paraissait pas du tout être une bonne idée, qui sait comment on la retrouverait le lendemain. Ce qu’elle avait n’était sûrement pas très grave, mais il valait mieux ne pas prendre de risques. Je m’installai sur le siège à côté d’elle et allumai le moteur de la voiture, qui vrombit dans un bruit délicieux. Sans tarder, je passai une vitesse et appuyai sur l’accélérateur, avant de tourner le regard vers elle, ennuyé mais inquiet malgré tout.

« Tu vas tenir le coup jusque chez moi ? Si ça va pas tu me le dis, je m’arrêterai. »

Oui parce que bon, je n’avais pas forcément envie qu’elle salisse ma nouvelle vieille voiture… Mon regard s’attarda un peu sur elle, puis je me reconcentrai sur la route, roulant relativement doucement pour éviter de lui donner la nausée. Enfin, pour la lui donner encore plus, disons. Elle m’exaspérait, cette petite, mais bon, je l’appréciais quand même, et je m’en serais voulu de l’avoir laissée là, toute seule.

La voiture:
 

BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: I know you || Daniel J.S. Candel   Mar 26 Aoû - 17:52

"June qu'est ce que t'as foutu encore ?" Elle sourit mal grès tout, parce que justement, elle n'avait rien fait. Ça lui avait prit d'un coup, comme ça et puis voilà. Elle ne pouvait qu'être malade puisque elle avait déjà eu ses règles une ou deux semaines auparavant.

-Et bien justement, pour une fois j'ai rien foutu...

La demoiselle aurait bien essayé de se dégager mais elle savait que c'était peine perdue. Déjà, il ne lui laisserait pas le choix et de deux, elle se sentait trop mal pour faire quoi que ce soit. Elle se laissa donc guider tranquillement par le jeune homme.
Une fois tous les deux installés dans la voiture blanche du juge, celui ci mit sa machine en marche. June se tenant toujours le ventre soupira. Elle avait eu l'intention de s'éclater toute la nuit avec ses amis et voilà qu'elle se retrouvait dans la voiture d'un gars qui n'arrêtait pas de critiquer ses manières dans l'espoir vain de la voir changer un jour.

La tête coller contre la vitre, June regardait le paysage. Enfin, la ville. Mais ça ne l'aida pas à passer son mal de ventre, bien au contraire. Elle ferma donc les yeux en espérant qu'ils arriveraient bientôt. Quand il lui dit qu'il pouvait s'arrêter au cas où elle veuille vomir.

-Nan c'est bon, t'inquiète pas, je vais pas salir ta bagnole.

Elle ne comprenait pas pourquoi les hommes attachaient autant d'importance à leurs voitures... Qui le comprendrait un jour d'ailleurs ? Elle ne se posa pas plus de question sur ce sujet et tourna la tête vers son "sauveur".

-Tu sais t'es pas obligé de me ramener chez toi, je peux tout aussi bien me débrouiller toute seule, je suis grande maintenant.

Justement...il ne la prenait pas pour une grande. Pour lui, elle n'était qu'une gamine peut dégourdie, qui faisait connerie sur connerie. Pour elle, elle s'amusait et c'était ça le truc. Lui, il ne savait rien faire à part lui mettre les bâtons dans les roues et l'empêcher de faire ce qu'elle voulait. De nouveau elle soupira, assez fort pour qu'il l'entende et qu'il réalise qu'elle n'était vraiment pas de bonne humeur et qu'il avait pas intérêt à la faire chier.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Deuils : 35 Enterré le : 22/08/2014 Job : Juge

MessageSujet: Re: I know you || Daniel J.S. Candel   Mer 27 Aoû - 18:51


I know you.
Dan & June

Alors comme ça elle n’avait rien fait ? J’avais du mal à y croire, mais si elle le disait… Je n’étais pas son père donc j’allais éviter de lui passer un savon – même si souvent, je ne m’en privais pas – mais elle eut simplement droit à un regard interrogateur, pas vraiment rassuré. Evidemment qu’elle avait le droit de sortir, évidemment qu’elle avait le droit de s’amuser, mais j’étais toujours obligé de la repêcher dans des états affreux et ça, ça ne me plaisait pas. Mais bon, mon côté serviable et la petite voix à l’intérieur de ma tête qui m’incitait à faire le bien me poussaient toujours à l’aider, quoi qu’il arrive. Je n’aurais jamais eu le cœur à la laisser là, de toute façon. Une partie du trajet se fit en silence, tandis que je restais concentré sur la route, jetant de petits coups d’œil furtifs à la petite blonde à côté de moi pour m’assurer qu’elle allait bien. Elle était pas mal, mais loin d’être mon style. Je trouvais les blondes trop superficielles – même si c’était cliché – et elle était trop maquillée, pas assez habillée, et mille fois trop fêtarde. Pas vraiment sympathique, en plus de ça. Enfin, c’est surtout qu’elle m’agaçait à un point inimaginable, mais on avait fini par devenir ‘amis’ – oui, entre parenthèses – alors bon… je lui apportais mon aide en cas de besoin quoi. Lorsque je lui demandai de me le dire si jamais ça n’allait pas, elle me répondit sur un ton peu aimable qu’elle ne comptait pas salir ma voiture et je lui répondis du tac-au-tac :

« T’as plutôt pas intérêt. Tu la salis, je te mets dehors. »

Simple avertissement. J’aimais ma voiture, j’en étais fier, et je n’avais pas la moindre envie de passer une soirée à la nettoyer de fond en comble pour que finalement ça sente encore affreusement mauvais. Alors elle était prévenue. En réalisant que ma phrase avait peut-être été un peu trop directe, je tournai la tête vers elle et eus un petit sourire, juste pour me faire pardonner. Elle poursuivit en me disant que je n’étais pas obligé de la ramener chez moi, qu’elle pouvait très bien rester toute seule. Juste après, elle soupira bruyamment et je levai les yeux au ciel, un peu énervé, pour le coup.

« Tu sais June, si tu continues à soupirer comme ça et à me prendre pour le mec qui t’empêche de faire ce dont tu as envie, je peux très bien t’abandonner là. » lui dis-je en lui montrant le côté de la route d’un coup de menton. « Et contrairement à ce que tu penses, j’en serais très bien capable. Après, n’espère même pas que je vienne te sauver quand tu seras dans la merde, d’accord ? »

Je lui lançai un regard insistant, soupirai à mon tour, puis tournai la tête, les yeux rivés sur la route qui défilait à toute vitesse. D’un doigt, j’augmentai le chauffage de la voiture pour éviter qu’on se les gèle, vu qu’il faisait relativement froid en ce début de soirée. Les mains crispées sur le volant, je luttais contre l’envie de lui dire ses quatre vérités une bonne fois pour toutes. Elle le méritait tellement, et pourtant… je n’avais pas le cœur de l’engueuler comme son grand frère ou je-ne-sais qui. Tout à coup, je ralentis, hésitai, puis pris à droite sur une petite allée pour changer de direction. Si elle voulait absolument que je la conduise chez elle, je la conduirais chez elle. D’une voix qui se voulait plus douce, je repris :

« Tu me payeras un café la prochaine fois qu’on se verra. »

J’avais l’habitude de dire aux gens qu’ils ne me devaient rien pour les services que je leur rendais, mais avec June, c’était différent. J’adorais l’emmerder un peu et je prenais un malin plaisir à le faire, alors elle allait en faire les frais. Ce n’était en aucun cas méchant, c’est juste que bon, pour toutes les fois où je l’avais aidée, je méritais bien un petit quelque chose, n’est-ce pas ? J’eus un nouveau petit sourire à son égard, plus malicieux, cette fois. Ah, elle était pas croyable…


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I know you || Daniel J.S. Candel   

Revenir en haut Aller en bas
 

I know you || Daniel J.S. Candel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Like a flower [Daniel]
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Daniel Edouard, boxe ayisyen, chanpyon WBA pwa mwayen latin/ameriken
» Invitation au voyage (Daniel)
» LOIN D'ÊTRE UNE FARCE LE CATHOLICISME ,UNE FORCE MORALE POUR DANIEL ROUZIER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Life :: The City :: Sunset Avenue-