AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « You again ? » Dan & Isaac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Deuils : 35 Enterré le : 22/08/2014 Job : Juge

MessageSujet: « You again ? » Dan & Isaac   Dim 24 Aoû - 18:42


You again ?
Dan & Isaac.

La ville, les lumières, l’animation. C’est drôle comme le monde dans lequel j’avais vécu pendant vingt-sept ans ressemblait à celui-ci. Le même ciel noir avec ses quelques étoiles à peine perceptibles à cause de la pollution lumineuse. Les mêmes types louches, presque tous bourrés, qui gueulaient d’un côté de la rue à l’autre, pour arriver à joindre leurs potes en face. Les mêmes filles pathétiques à hauts talons, visage pot-de-peinture et jupes trop courtes. J’avais beau trouver les filles vraiment jolies, celles-là me donnaient la nausée. Dans les rues de Sunset Avenue régnait la même odeur que dans les rues de Lawrence : celle de fumée de cigarette, de voitures et de bière. Les enseignes lumineuses des différentes boîtes de nuit ainsi que des magasins ouverts vingt-quatre heures sur vingt-quatre brillaient dans la pénombre, dans le but d’attirer les passants. Très peu pour moi l’idée de m’engouffrer dans une de ces bâtisses, qui me faisaient plus peur qu’autre chose. La foule, l’agitation, le fait d’être bousculé de partout… non, non et non. Je préférais de loin rester chez moi, bien peinard devant la télé ou devant mon chevalet, le pinceau à la main.

Sauf que là, il fallait bien que je passe par là pour me rendre chez moi, vu que mon loft se situait au bout de ces rues, relativement loin du boucan infernal des boîtes, mais les basses me parvenaient aux oreilles chaque soir malgré tout. J’avais fini par m’y habituer et il ne s’agissait pour moi plus que d’un bruit de fond, qui ne m’empêchait pas de dormir, heureusement. Ma voiture étant au garage – la vieillesse ne lui réussissait pas : je passais plus de temps à pieds qu’en bagnole, mais je l’aimais trop pour m’en séparer – j’étais obligé de faire la route du tribunal à la maison en transports, puis il fallait que je marche jusque chez moi. Je n’étais pas vraiment de bonne humeur à cause de ça, voyez-vous. Ca me faisait franchement chier de me retrouver là à vingt-trois heures du soir à cause d’une séance qui s’était éternisée alors que j’aurais dû être rentré chez moi il y a deux heures déjà. Je soupirai et fourrai mes mains dans les poches de ma veste en cuir brun, non pas à cause du froid, plutôt à cause d’une habitude bizarre. Il ne faisait ni chaud, ni vraiment froid non plus. Juste de quoi me faire prendre ma veste avant de partir de chez moi, surtout que la température avait chuté de plusieurs degrés depuis.

Deux jeunes étaient adossés au mur et avisaient une petite blonde qui passait par là, seule. Mon regard se porta sur elle, protecteur, puis à nouveau sur les deux gamins qui ne devaient pas dépasser les dix-huit ans de beaucoup. Leur sourire ne me plaisait pas, mais pour l’instant, je me contentais de poursuivre ma route – et celle de la blonde en parallèle – en jetant un coup d’œil à ma droite de temps à autres. Je n’étais pas policier, mais j’avais du pouvoir quand même. Si jamais ils tentaient quoi que ce soit, je pourrais les envoyer au commissariat sans plus tarder, j’avais le droit de le faire et je ne m’en priverais certainement pas. Par contre, l’affaire ne serait pas pour moi, puisqu’il fallait que je sois impartial à chaque fois et qu’ici, je serais beaucoup trop tenté de choisir le côté de la jeune fille. Lorsqu’un d’eux lui gueula quelque chose, la blonde sursauta et accéléra le pas. Je lançai un regard noir aux deux abrutis, qui me demandèrent tout de suite si j’avais un problème. N’ayant aucune envie de répondre, je me contentai de soupirer et d’accélérer le pas pour rattraper la gamine. En prenant soin de ne pas l’effrayer, je lui demandai d’une voix douce :

« Tout va bien ? »

Elle hocha nerveusement la tête et me remercia, puis je lui proposai de la raccompagner. Elle refusa avec le sourire, que je lui retournai gentiment. Au final, elle avait l’air un peu plus âgée que ce que je pensais. Mais quand même jeune par rapport à moi… vingt-et-un ans, peut-être ? Nos routes se séparèrent et je me remis donc à marcher d'un bon pas, regardant autour de moi pour éviter les mauvaises surprises. Ce quartier n’était pas vraiment mal famé, mais le soir, beaucoup de drogués ou de bourrés s'y baladaient, alors je restais sur mes gardes.

En passant devant une impasse, des voix attirèrent mon attention et je tournai vivement la tête. Deux hommes – que je distinguais grâce à la lumière du lampadaire – venaient de se passer quelque chose, quelque chose qui me rappelait beaucoup trop la drogue. De la coke, un truc de ce genre-là. J’avais dû l’étudier, mais ça faisait un bon bout de temps, mine de rien, alors je ne m’en rappelais pas vraiment. Mon instinct de juge reprit le dessus : je ne pouvais pas les laisser faire sans intervenir. Je pris mon courage à deux mains et m’avançai dans l’impasse, mes chaussures de costume que je mettais en allant au tribunal claquant sur les pavés. Même si j’avais la tête remplie d’incertitude et d’hésitation, ma voix se fit assurée et relativement ferme, même si agréable. Je n’étais pas venu pour me prendre la tête, simplement pour les empêcher de faire une connerie pour laquelle je devrais les punir par la suite.

« J’ai bien peur de ne pas pouvoir vous laisser faire. »

Visage dépourvu de sourire, mais avenant d’une certaine manière. Mon regard n’était pas dur, même pas insistant. C’était un simple avertissement, je ne comptais ni appeler la police, ni les emmener où que ce soit moi-même. Je les avais surpris, mais je n’étais pas sévère pour autant. Tout le monde méritait une seconde chance, à mon avis, alors bon… J’étais cool, quoi. Un des deux hommes prit ses jambes à son cou et disparut dans la pénombre, sous mon regard surpris. L’autre, par contre, n’avait pas fui, et je distinguais maintenant les traits de son visage. Son nom me revint immédiatement : Rodriguez. Il était passé au tribunal pour un délit mineur, et j’avais beau avoir oublié de quoi il s’agissait, son nom était frais et gravé dans ma mémoire.

« Monsieur Rodriguez. Vous passez une bonne soirée ? »

Ma voix s’était fait quelque peu moqueuse, maintenant que je savais de qui il s’agissait. Je n’étais toujours pas froid ou menaçant, mais je le reconnaissais, maintenant, et je n’avais pas pu m’empêcher de changer de ton. J’espérais juste ne pas mourir une seconde fois dans ces ruelles…  
BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Little Bloody †
Deuils : 39 Enterré le : 07/08/2014 Job : Barman au Cross Fire

MessageSujet: Re: « You again ? » Dan & Isaac   Mar 26 Aoû - 20:19


Sunset Avenue  ◈ Isaac Rodriguez & Daniel Candel
« You again ? »