AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Jeu 14 Aoû - 19:27

Le son du réveil fit écho à des grognements. Une main s'abattit lourdement sur l'engin afin de stopper ce son aigu.

June se leva avec un mal de crane terrible. Elle avait passé la soirée à se bourrer avec quelques potes de l'université. Elle avait beau avoir apprécié la soirée, elle détestait les lendemains. Au moins, il n'y avait personne dans son lit.

La blondinette se dirigea vers sa salle de bain en titubant et alluma l'eau dans la douche. Elle se déshabilla rapidement et se glissa sous le liquide chaud.
Elle ressortit quelques minutes plus tard, complètement réveillée. Elle mit son pyjamas alias ses vêtements de la veille au sale et mit à la place une robe blanche. Elle saisit son portable par la suite et regarda l'heure.

*merde !*

7h30. Elle était en retard. Elle sortit de son appartement en courant, son sac sur l'épaule. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas être en retard, mais cette semaine allait être la 5ème fois et son prof lui avait promis que la prochaine fois, il ne la prendrait plus en cours. De l'année.

Perchée sur ses talons, elle courait du mieux qu'elle le pouvait. Elle ne s'arrêta qu'une dois devant son école qui semblait...fermée. De nouveau, elle sortit son portable. Ce qu'elle vit la mis en colère. C'était samedi.

*va vraiment falloir que j'arrête de boire le vendredi soir...*

Enragée, elle fit demi-tour. Elle n'avait plus qu'à retournée se coucher. Ce qu'elle ne fit pas. Elle s'arrêta contre un mur, laissa glisser son sac sur le sol et prit une clope entre ses lèvres, l'allumant avec précaution. Sentant la première s'insinuait lentement dans sa gorge comme un serpent empoisonné. Elle souffla la fumée avant de se retourner et reprendre sa route, sac dans une main, traînant à moitié sur le sol et clope dans la bouche, elle mit sa musique en route.

Perdue dans ses pensées complètement insensées, elle percuta une jeune demoiselle. Celle-ci se mit sans doute à l'insulter mais elle ne l'entendit pas, sa musique prenant toute la place dans sa tête. Elle haussa les épaules ce qui lui permit de se manger un poing de l'inconnue. June se sentit basculer, perdant l'équilibre et se retrouva le nez contre le sol. Elle se releva tant bien que mal pour s'apercevoir que ses toutes nouvelles chaussures étaient cassées. L'autre timbrée en avait profité pour filer. Elle avait eu raison.
Sambre retira ses talons et les mis dans la première poubelle qu'elle trouva. Elle prit ensuite la direction du parc non loin de chez elle et s'installa au pied d'un arbre. Dans ses oreilles, une mélodie résonna à ses oreilles :

« Colchiques dans les prés fleurissent, fleurissent… Colchiques dans les prés, c’est la fin de l’été… »

La jolie blonde esquissa un fin sourire, se remémorant son passé de jeune enfant. Puis ses yeux devinrent humides. Les larmes se mirent à rouler sur ses joues et sa voix murmura dans l'air :

« La feuille d’automne, emportée par le vent… en ronde monotone, tombant tourbillonnant… »

Puis elle ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Ven 15 Aoû - 14:49



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Alors qu'un homme normal aurait grinché de bon matin à l'idée d'être réveillé par le jour naissant, le soleil réussit à arracher un sourire à Nayiminiaël. Pour lui, les rayons matinaux étaient synonymes de vraie vie. Ou vraie mort, c'était un peu pareil. Lorsqu'il bossait avec les Marines, il n'avait pas d'horaires ou, de préférence, la nuit. Pour lui, le jour avait longtemps signifié un danger, car il empêchait les opérations furtives. Pour lui, être réveillé par le jour signifiait qu'ils étaient en plein territoire ennemi, dans l'impossibilité de monter des tentes. Pour lui, les premiers rayons rimaient avec tour de garde et nuits blanches.
Aussi, aujourd'hui, il se réveillait avec plaisir, comme tous les autres matins. Jamais plus il ne fermait ses volets, et, lorsqu'il ne travaillait pas, il vivait au rythme du glorieux astre diurne. En l'absence d'emploi du temps fixe, c'était un point de repère appréciable.

Il se leva, se doucha, s'habilla avec ce qui lui tombait sous la main, autrement dit un jean et une chemise bleue, prit montre, téléphone, et plus ou moins tout ce qui était nécessaire, et même superflu tant que ça rentrait dans ses poches, avant de sortir et de s'offrir une balade matinale. Vu le désert des rues, il ne devait être même pas 8h du matin. Et vu qu'en plus, on était samedi, c'était encore plus flagrant.
Il s'offrit une marche jusqu'à une boulangerie qui, si elle n'était pas la plus proche de chez lui, avait au moins le mérite de faire les meilleures viennoiseries de la ville. Et lui, son péché mignon, c'était les viennoiseries. Les viennoiseries et les guimauves enrobées de chocolat. Aussi il ressortit de la fameuse boulangerie avec un sac plein de pains au chocolats et de beignets ruisselants de sucre. Fort heureusement pour lui, il n'avait jamais vraiment grossit, même en se gavant de ces cochonneries.

Il continua son chemin vers le parc, bien décidé à aller manger son petit-déjeuner au milieu des arbres et du calme ambiant. D'ordinaire, ce lieu était synonyme de sérénité, et d'autant plus aujourd'hui, à cette heure-ci. Il poussa une grille, erra dans les allées taillées au carré par les employés municipaux tout en grignotant son premier pain au chocolat. Et disons sans crainte que le poids du sac n'avait guère changé, vu la quantité astronomique de nourriture qu'il contenait.
Promenant son regard sur les rares lève-tôt qui avaient songé, comme lui, à venir profiter de la fraîcheur matinale, il remarqua une forme assise au pied d'un arbre au milieu d'une pelouse, juste sur sa gauche. Il fronça un sourcil, car c'était somme toute assez étrange de voir quelqu'un s'asseoir par terre quand il y avait plénitude de bancs à proximité.

Il s'approcha, suffisamment près pour distinguer que la forme, qui était une femme soit dit en passant, parlait. Et pleurait, surtout, à en croire sa voix éraillée et les restants de larmes salées qui subsistaient sur ses joues. Posant le sac au sol, puisqu'il ne pouvait pas se servir de sa deuxième main, bloquée sans vie dans la poche de son jean, il fouilla sa poche arrière. Coup de chance, il avait ce matin estimé que le paquet de mouchoirs était nécessaire et il l'avait pris avec lui. Se doutant bien qu'il allait mettre dix minutes à sortir le petit bout de papier de son emballage, il s'approcha de la jeune fille et le lui tendit avec un grand sourire.
- Allons bon, qu'est-ce qui peut bien justifier pareil torrent de larmes ?
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Ven 15 Aoû - 17:01


"Le feu ronge la porte, la détruit et se rapproche du lit où la jeune fille, complètement apeurée, ne pouvait que regarder cet élément se rapprocher, toujours plus chaud, toujours plus destructeur. L'enfant se cacha sous ses draps, espérant que cela cesse au plus vite. De sa petite voix craintive elle appelle sa mère. Seuls des cris lui donnent une réponse. La demoiselle aurait bien voulu rejoindre ses parents mais rien que le fait de penser à sortir de sa cachette la terrorise. Sans le savoir, elle s'est condamnée à sa propre mort. Triste histoire..."

- Allons bon, qu'est-ce qui peut bien justifier pareil torrent de larmes ?

June sursauta en ouvrant les yeux. Elle n'avait pas eu peur. Enfin si, peut être un peut. En tout cas, elle avait était surprise. Elle observa l'homme qui venait de la questionnait. Il était assez grand, blond, yeux bleus...la vingtaine très certainement.
La jeune fille essuya ses yeux et ses joues avant de saisir le paquet de mouchoir que lui tendait l'inconnu.

Son sourire rayonnant l'avait mise en confiance dès le départ, ce qui l'avait incité à prendre le paquet sinon, elle lui aurait dit de se mettre le doigt dans l'oeil et d'aller voir ailleurs si elle y était.

Tout en s'essuyant le nez, elle continua de l'observer, afin d'être vraiment sûre qu'il ne cachait pas son jeu. Ce serait dommage qu'elle finisse au fond d'une ruelle... Mais il avait plus l'air de venir des bons quartiers plutôt que de Hilton Valley.

La jeune fille ne prit pas la peine de se lever, elle préférait largement parler assise à même le sol. Donc si ce monsieur voulait profiter de sa compagnie il allait devoir la rejoindre à moins qu'il n'ait des mollets en acier.

-Si je te répond que je n'ai rien, tu ne vas pas me croire, ce qui est tout à fait normal, donc je vais te dire que je ne parle pas de mes problèmes personnels avec des inconnus. D'ailleurs je n'en parle pas tout court.

A la fin de sa phrase, elle plongea ses yeux bleus qui avaient retrouvé leur éclat dans les siens. Elle esquissa même un fin sourire, découvrant ses dents blanches. Elle détourna par la suite son regard pour refermer le paquet de mouchoir et comme il l'avait fait avant elle, le lui tendit.

-Merci... ?

Phrase en suspension en l'attente d'un prénom. Si il était intelligent, ce qu'il avait l'air d'être, il comprendrait.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Sam 16 Aoû - 14:40



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Elle était décidément profondément perdue dans son chagrin, pour ne pas l'avoir remarqué avant qu'il ne lui parle. Avec un sourire rassurant, il ne souleva pas son sursaut, et la laissa tranquillement sécher ses pleurs. Elle le regarda avec méfiance, mais malgré tout il fut heureux de voir qu'elle ne refusait pas totalement sa présence. Bien évidemment, elle ne lui dirait pas ce qui avait causé ses pleurs, mais il n'en avait pas espéré autant, c'était plus pour se faire remarquer qu'il avait posé la question. Parce que, sur le moment, un "Belle journée, n'est-ce pas ?" lui avait paru complètement déplacé.

Il récupéra son paquet mais, accroupi comme il l'était, il ne pouvait guère le ranger. Il s'assit donc à son tour, sortant sa main inutile de sa poche, en un manège plus que curieux pour qui n'était pas au courant de son handicap. Face à elle, assis en tailleur, il ne put s'empêcher de promener un regard aiguisé sur tout ce qui l'entourait, avant de pousser un soupir. Encore et toujours ces fichus réflexes de l'armée qui lui menaient la vie dure.
Il ne perdit pas son sourire quand elle lui demanda, bien indirectement, son nom. Allez. Encore une fois les regards étonnés, les sourires en coin et les éclats de rire à l'entente de ce fameux prénom.
- Nayiminiaël. Mais, sinon, je me reconnais quand on m'appelle Naël.

Il lui adressa un haussement d'épaules désolé. Enfin, d'épaule, au singulier, parce qu'il ne pouvait guère plus bouger la gauche. Après le prénom venaient souvent les questions sur son bras, car cela restait un problème intriguant pour la plupart des gens. En effet, la mort effaçait cicatrices, blessures et maladies, mais dans la limite du possible, soit lorsqu'elles étaient d'origine non génétique. Lui, il avait cette faiblesse des nerfs dans les gènes, et si sa mort lui permettait de ne pas voir son état s'empirer, il avait gardé les séquelles ante-mortem.

Moins doué que la demoiselle pour introduire ses questions, il se contenta de lui demander, à son tour, le prénom.
- Je vous en prie. Et à qui ai-je l'honneur ?
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Sam 16 Aoû - 19:09

L'homme récupéra son paquet avant de s'asseoir. Il sortit par la suite sa main qui traînait dans sa poche d'une manière assez...originale. June comprit qu'il avait dû avoir un problème avant sa mort. Un gros problème. Mais elle ne voulait pas savoir quoi. Déjà parce qu'elle se sentait mal de le demander et ensuite parce qu'elle ne voulait pas casser l'ambiance qui était en train de s'installer. La demoiselle avait beau se laisser aller, sa mère l'avait bien élevée au niveau des questions à poser ou à ne pas poser. Surtout à ce sujet là... Son père, après un tragique accident de voiture avait eu un traumatisme crânien et même à cinq ans, June avait pût voir la différence de caractère de son père. Elle ne voulait donc pas mettre mal à l'aise cet inconnu si attentionné ou encore lui faire, faire répéter le même discours qu'il avait dû sortir à des dizaines d'autres personnes. Combien de gens avaient dû lui demander qu'est ce qu'il avait ? Beaucoup.

Puis contre toute attente, le jeune homme se mit à regarder autour de lui comme s'il cherchait un quelconque danger alentours. Sambre le regarda faire amusée. Elle en conclut qu'il devait être parano... Mais il ne faut jamais juger trop vite n'est ce pas ?

- Nayiminiaël. Mais, sinon, je me reconnais quand on m'appelle Naël.

Nayiminiaël... June ne pût s'empêcher de sourire à l'entente de ce prénom. Elle ne se moquait pas, loin de là... Au contraire, cela changeait agréablement des noms de base. C'était comment dire...plus... exotique ?

-Chouette prénom Nayiminiaël, pour ma part c'est June Sambre de Saintance. Juste June ça fait l'affaire aussi.

Elle continua de sourire à la fin de sa phrase. Au moins, il n'était pas tout seul à avoir un nom bizarre. Pour sa part, Sambre, était le nom de sa grand-mère et de Saintance était un nom de famille noble. Oui, à entendre cela comme ça pouvait faire bizarre mais effectivement, la jeune demoiselle descendait d'une famille on ne peut plus noble. Ses parents venaient droit de Paris et s'étaient installés à New York. June était donc de nationalité américaine tout en étant française. Mais après tout, maintenant elle était morte donc elle s'en foutait un peut beaucoup.

-Sinon, qu'est ce que tu fais debout de si bon matin ?

Une question qu'il pouvait lui retourner d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Dim 17 Aoû - 20:50



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Chouette prénom ? A l'entente de ce pseudo-compliment, il ne put que lui offrir un sourire radieux. Assis face à elle, elle ne pouvait pas louper cet air de grand gamin. Mais il avait beaucoup souffert de l'erreur des autorités compétentes, et encore plus de l'orgueil sans fin de son père. Tellement fier d'avoir un fils qu'il pensait que la Terre entière savait déjà comment il s'appelait, et surtout comment ça devait s'écrire... Ironie du sort, ce fils porteur du nom familial était mort bien avant d'avoir transmis ce présent à une descendance. Bien avoir d'y avoir un jour pensé, de plus. Un militaire, dans la guerre et la violence jusqu'au cou ne pense pas à la famille. Encore moins quand celle que l'on aimait est morte, et que la partie incompétente vit toujours, comme dans son cas.

Son grand sourire eu aussi une saveur de remerciement, et il hocha poliment la tête quand elle lui déclina son propre prénom. D'origine américaine, il ne pouvait qu'apprécier cette June, au prénom de mois, l'un des plus beaux d'après lui. Décembre restait le plus splendide, mais les mois de début d'été faisaient tout autant honneur aux hommes assez bons pour en distinguer la beauté. C'est sur cette touche romantique que vint s'échouer la voix de la demoiselle, lui posant une question. Que faisait-il là, si tôt ? Il n'était plus si tôt, songea-t-il avec une pensée amusée. La jeune femme semblait avoir oublié que la course du soleil ne s'était pas arrêtée devant ses pleurs et que ce dernier avait continué à s'étendre aux-dessus de leurs têtes. Fort heureusement, s'il s'avérait être trop chaud pour aujourd'hui, l'arbre accepterait certainement de leur faire profiter d'une ombre réparatrice.

- Je ne travaille pas aujourd'hui, et j'ai gardé l'habitude de me laisser réveillé par le soleil... Et ma gourmandise ne m'a pas retenu bien longtemps au lit, aussi j'en ai profité pour faire des provisions. Je vous en offre un ? J'en ai pris pour au moins la semaine.
En fait, c'était complètement faux, pensa-t-il avec un sourire. Le sac ne lui tiendrait même pas deux jours. Peut-être même pas la journée. Mais il n'avait nul besoin de préciser qu'il était un ventre sur pattes. Soit elle le verrait bien assez tôt, soit elle n'avait nul besoin de le savoir.

Il se pencha en arrière pour attraper le fameux sac et le posa entre eux deux, dévoilant un nombre impressionnant de pains au chocolat et de croissants au beurre. En lui adressant un petit sourire, il se servit lui-même, entamant le deuxième de la matinée. Finalement, sa rencontre fortuite lui permettait de faire durer plus longtemps le paquet, ce qui n'était pas une si mauvaise chose !

Essuyant les quelques miettes qui, le sentait-il, étaient venues s'échouer au coin de ses lèvres, il lui posa à son tour une question, une pointe d'ironie et le rire perçant dans sa voix.
- Et, si je puis me permettre, qu'est-ce qui a bien pu vous amener ici aux premières lueurs de l'aube, sans chaussures et sanglotante ?
Jamais il n'aurait songé un instant à se moquer d'elle en s'adressant ainsi. Il cherchait tout simplement à dédramatiser un peu la situation, car il craignait plus que tout de ranimer les pleurs de la jeune femme.
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Lun 18 Aoû - 10:17

Naël se mit à sourire. D'un sourire de jeune enfant heureux. Oui c'était ça. Exactement le même sourire que tous ces petits enfants qu'elle gardait. Le jeune homme hocha par la suite la tête à l'entente de son prénom à elle. Toujours en souriant.

Naël la changeait agréablement de tous ces imbéciles à l'université. Il était plus sympathique déjà. Il ne plaçait pas quinze gros mots dans une phrase, il souriait franchement, il ne se moquait pas ou du moins ne le faisait pas savoir. C'était plus reposant pour la jeune demoiselle, qui n'avait pas à rester sur la défensive. D'ailleurs, depuis qu'il s'était approché d'elle, elle n'avais pas pensé à sortir une cigarette. Une grande première pour la demoiselle.

- Je ne travaille pas aujourd'hui, et j'ai gardé l'habitude de me laisser réveillé par le soleil... Et ma gourmandise ne m'a pas retenu bien longtemps au lit, aussi j'en ai profité pour faire des provisions. Je vous en offre un ? J'en ai pris pour au moins la semaine.

C'est là qu'elle remarqua le sachet. Nayiminiaël se pencha en arrière pour le prendre et le poser entre eux deux. June qui n'avait rien manger le matin même sentit son ventre gronder. L'odeur des plus alléchantes qui émanait de sac la fit saliver. Elle jeta un oeil dedans et ne pût que plonger sa main dans le sac. Il contenait un nombre incroyable de viennoiserie, ce qu'elle n'achetait jamais.
Elle en ressortit un petit pain au chocolat. Elle le porta à sa bouche et le mordit délicatement.

-Merci... -dit elle après avoir finit sa bouchée.

Elle n'avait pas l'habitude qu'on lui offre de la nourriture de cette qualité. Elle n'était qu'une étudiante et la paie de son petit bouleau, elle préférait le garder pour se payer ses cigarettes, son alcool, ses fringues et ses études. Bref, il n'y avait plus grand chose pour la nourriture de qualité.
La demoiselle finissait son petit pain en prenant son temps afin de bien le savourer quand son interlocuteur lui demanda ce qui l'avait amené ici pieds nus et en pleurs de si bon matin. Elle ne sut qualifier le léger rire et la pointe d'ironie dans sa voix en étant de la moquerie ou si c'était tout simplement pour détendre l'atmosphère. Elle décida de ne pas y accorder trop d'attention et lui répondit après avoir finit sa bouche.

-Et bien, je me suis levée à la bourre pour aller en cours et ce n'est qu'une fois devant l'école que je me suis rendue compte qu'on était samedi... Ensuite, je me suis mangée un poing en pleine figure, je sais pas pourquoi où j'ai cassé mes chaussures en tombant et ensuite je suis venue ici pour finir ma matinée en pleurant, non pas parce que je me suis fais cassée la figure ou parce que j'ai dû mettre mes pompes à la poubelle mais parce que j'ai eu des pensées qui remontent à longtemps.

Elle avait sourit tout en s'adressant à lui. Il avait le droit de rire, elle ne lui en voudrait pas. En même temps, il y avait de quoi.

-Et tu sais...tu peux me tutoyer.

Elle sourit en le regardant dans les yeux. Elle l'avait tutoyé dès le début et pas lui. Elle détestait vouvoyer. Pour elle, tutoyer lui permettait de se rapprocher plus de la personne. Enfin bref, elle pensait comme ça. Elle vivait dans son monde avec ses préférences. Si les autres n'aimaient pas, ils avaient qu'à dégager et puis point barre.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Lun 18 Aoû - 17:25



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Il fut plus qu'heureux de la voir se servir, car il aurait détesté prendre un vent. De un, pareille réaction n'était chouette pour personne. Et, de deux, si elle avait refusé ce petit-déjeuner, il serait passé pour un morfale, à manger tout seul un truc dégoulinant de beurre et certainement plein d'autres graisses très peu appréciable pour tout nutritionniste digne de ce nom. Alors, au moins, ils étaient deux morfales.

Il finit rapidement son pain au chocolat tout en écoutant attentivement le résumé de la matinée, plutôt ratée, il fallait bien le dire. Son regard passait de ses yeux bleus à elle à son pain au chocolat. Tout ça pour lui montrer qu'il était attentif tout en évitant de manger comme un porc, et surtout pour éviter de tacher son jean avec du chocolat. Parce que, nettoyer les tâches, c'est rudement plus difficile quand on n'a qu'une seule main. Au pire, on met du produit partout. Au mieux, on laisse échapper le jean dans le lavabo plein de savon.

Elle finit par lui proposer de la tutoyer. L'armée l'avait, quant à lui, entraîné à vouvoyer plus ou moins tout ce qui bouge, aussi il adoptait naturellement cette personne pour s'adresser à des inconnus. Mais là, puisqu'elle le lui proposait, il n'y avait aucune raison pour qu'il continue à être guindé de la sorte. Il hocha la tête avec un petit sourire pour lui exprimer son assentiment. Continuer à la vouvoyer ne servirait plus à grand-chose, si ce n'est peut-être à la braquer... Et il était loin de vouloir cela.
Avec un petit clin d’œil, il s'amusa de sa précédente réplique.
- Tu vois, j'ai finalement fini par savoir plus ou moins ce qui te faisait pleurer...

Bon, il était loin de pouvoir deviner. Mais l'agression, la déception amoureuse ou la réaction malvenue d'un inconnu s'étaient écartées de son esprit. Et, finalement, si c'étaient des cauchemars qui venaient la torturer, il ne pouvait plus autant l'aider qu'il en avait d'abord eu l'intention. A la limite, il aurait pu lui dire que chaque nuit défilaient explosions et morts dans son propre esprit, mais elle s'en fichait très probablement. Ici, tout le monde était mort, et rares étaient ceux qui n'avaient pas gardé de cicatrices psychologiques de leurs années de vie.

Avec un sourire bienveillant, il tenta de trouver sur quoi la faire parler pour éviter qu'elle ne repense à ce qui l'avait fait fondre en larmes. Ou pour ne pas qu'elle repense à cette matinée franchement loupée. Tout au fond de lui, son orgueil de mâle cherchait à faire en sorte qu'elle ne se souvienne pas de cette journée comme d'un ratage de réveil, mais comme d'une agréable rencontre. Et on ne contrôle pas son orgueil.
- Et, si je puis me permettre, tu étudies quoi ? Parce que, personnellement, je t'aurais plus mise du côté des professeurs que des élèves, mais j'ai visiblement du me tromper...
Il ne lui mentait pas en disant cela; pas une seule fois devant le début il n'avait eu l'impression de s'adresser à une jeune étudiante, qu'il trouvait pour la plupart immature et sans morale propre. Mais peut-être était-ce seulement une vieille rancœur contre le fait qu'il n'avait jamais eu les moyens de se payer des études supérieures...
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Lun 18 Aoû - 20:10

- Tu vois, j'ai finalement fini par savoir plus ou moins ce qui te faisait pleurer...

Elle préféra ignorer cette phrase pour le moment et sourit de nouveau. Il ne lâchait pas l'affaire le blondinet. June allongea ses jambes dans l'herbe grasse. Le frottement du végétal contre sa peau nue la fit frissonner légèrement. Elle était vraiment bien. Entre le soleil, une discussion normale avec un gars bien élevé... C'était vraiment le bonheur. Elle n'avait plus besoin de se replier afin de se faire discrète. D'ailleurs, cet agréable compagnon l'incitait même à se confier. Elle le trouvait des plus intéressant et non pas pour son physique. Enfin...pas que.

- Et, si je puis me permettre, tu étudies quoi ? Parce que, personnellement, je t'aurais plus mise du côté des professeurs que des élèves, mais j'ai visiblement du me tromper...

June explosa de rire en entendant ce que venait de dire Naël. Elle en prof... Plutôt mourir. Pourtant elle avait opté pour une filière des plus compliqués pour ce qu'elle était. Le droit. Oui d'accord, elle buvait et fumait mais faire la fête n'empêche pas d'être juriste ou avocat si ? Et puis si elle se loupait, elle pouvait toujours trouver autre chose à faire. Ce qui serait beaucoup plus compliqué certes.

-Hum...je suis dans le droit...

N'importe qui la connaissant très bien aurait rit en pensant que c'était une blague. Mais lui, ne la connaissait pas. Il ne se moquerait donc pas. June se servit d'un second petit pain. Après en avoir mangé une bouchée, elle se rappela la phrase qu'elle avait préféré ignorer quelques minutes plus tôt. Elle se décida donc à satisfaire sa curiosité.

-Bon, tu as l'air de vraiment vouloir savoir pourquoi j'étais dans cet état tout à l'heure. Alors laisse toi faire.

June lui mit délicatement ses écouteurs dans les oreilles et repassa la berceuse que lui chantait sa mère. Elle espérait qu'il ne prendrait pas mal le fait qu'elle lui ait mis les écouteurs à sa place. Elle ne voulait pas qu'il pense qu'elle le prenait pour un incapable. Non. Elle avait juste penser faire bien.

-C'est ce que me chantait ma mère le soir avant de me laisser dormir. Un soir je lui ai demandé de me la chanter. Je l'ai même accompagné. Ce fut la première et la dernière fois. Peut de temps après, la maison à pris feu et j'ai péri dans l'incendie. J'avais 5 ans. J'espère que mes parents sont toujours en vie.

Sambre ne repleura pas. Elle se contenta de sourire même si ses yeux s'étaient voilés de tristesse. C'était du passé et même les plus grosses larmes ne pourraient le faire revenir. Elle était morte désormais. Comme tout le monde ici. La demoiselle, ferma les yeux durant quelques secondes et quand elle les rouvrit, elle était redevenue souriante et prête à continuer la discussion.

-Et toi qu'est ce que tu fais dans la vie ? Enfin...la mort ?

La mort...qu'elle ironie... Ce simple mot devait maintenant remplacer celui beaucoup plus joyeux de la vie. C'était déprimant. Enfin, de son point de vue.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Lun 18 Aoû - 21:08



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Le droit, donc. Quelques minutes auparavant, il aurait pu vous dire en toute honnêteté qu'il se moquait réellement de ce que faisait la jeune demoiselle de sa vie, et qu'il voulait juste continuer la conversation. Mais, tout bien réfléchi, la compagnie de June lui plaisait, et là où il aurait pu se contenter d'un paquet de mouchoirs, d'une remarque sur le soleil éclatant et d'un au revoir poli, il s'était assis, lui avait proposé un pain au chocolat, et continuait à la tanner pour obtenir une réponse à sa toute première question.

Donc, non, l'objectif n'était pas seulement de la faire parler. Il était un tout petit peu plus poussé.
Lorsqu'elle lui demanda de se laisser faire, il baissa un peu sa garde, ce qui ne l'empêcha pas de sursauter quand elle s'approcha pour lui planter des écouteurs dans les oreilles. Oui, le sursaut, c'était quand il se forçait à ne pas réagir; dans le cas contraire, la blonde se serait retrouvée les quatre fers en l'air, avec lui pesant de tout son poids sur elle en lui ayant emprisonné les bras au-dessus de la tête. Comme à l'armée, il ne faisait guère de distinction homme-femme quand il s'agissait de sa propre défense.

Il écouta la mélodie paisiblement, bien que pourtant très peu réceptif à ce style d'expression. Il préférait de loin les mots ou, à défaut, les images. Mais, conscient qu'il obtenait là une partie de sa réponse, il écouta, et laissa une fois de plus June s'approcher pour lui retirer les écouteurs. Tout en la gratifiant d'un même sursaut et d'un sourire un peu désolé.
Lorsqu'elle évoqua ses parents, il ne sut vraiment pas quoi en penser. Visiblement, elle était très attachée à sa mère, alors pourquoi voulait-elle la voir loin d'elle ? Pour lui, qui détestait purement et simplement ses parents, c'était plus logique de vouloir les savoir dans un tout autre monde. Mais elle... Si la famille était aussi soudée que son timbre de voix le laissait paraître, il avait du mal à comprendre pourquoi elle souhaitait qu'ils vivent dans le regret et dans le chagrin d'avoir perdu leur blonde petite fille.

Mais après tout c'était sa façon de penser, il n'avait aucun droit de la contester, avec sa vision plus que tronquée de la parfaite famille unie. La fixant droit dans les yeux, il vit combien cela lui coûtait de reparler de toute cette histoire. Au moins 15 ans devaient s'être passés, et pourtant elle n'avait toujours pas digéré la catastrophe. Craignant un instant qu'elle ne se remette à pleurer, il fut vite rassurée en la voyant lui poser une autre question pour continuer à alimenter la conversation.
Et puis, après tout, peut-être n'avait-elle pas vu sa main se lever légèrement, dans l'idée de lui caresser la joue. La seule femme avec qui il avait été proche était sa sœur, et il passait son temps à la réconforter de la sorte. cependant, face à une inconnue, ça faisait tâche. Heureusement qu'elle s'était remise à parler pour l'arrêter dans son élan.

Il lui sourit, car lui aussi avait les mêmes difficultés à s'exprimer sur ce genre de questions. La Vie ou la Mort ? Arriver ici remettait tout en question et, bien qu'il nourrissait le sourd espoir de parvenir à démêler tout cet imbroglio, le fait que June, avec ses longues années ici, n'ait pas encore réussi, lui faisait revoir à la baisse ses plans de découverte.
- Je m'occupe des enfants. Enfin, je suis maître à l'école primaire.
Maître, mais aussi baby-sitter à ses heures perdues, surveillant de cour, cuisiner quand il en manquait un, accompagnateur de sorties... Dès lors qu'il s'agissait de s'occuper de ces bouilles enfantines esseulées et perdues dans un nouveau monde, il était présent. Présent, et passionné. A un point tel que, finalement, il n'arivait même pas à considérer cela comme un métier.
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mar 19 Aoû - 10:25

Il avait sursauté. Les deux fois, où elle l'avait touché. Elle se rappela également du regard qu'il avait jeté autour de lui quand il s'était approché d'elle au début de leur rencontre. Il n'avait pas dû avoir un passé de tout repos. Mais elle n'osa pas poser la question de peur qu'il réagisse mal ou encore une fois, pour ne pas briser cet agréable moment.

- Je m'occupe des enfants. Enfin, je suis maître à l'école primaire.

Ainsi, il aimait également la présence des enfants... Les pauvres petits se retrouvaient souvent complètement déboussolés à leur arrivé ici. Ils ne connaissaient personne, pour la plus part, avaient perdu leur famille, leur maison... Bref, tous leurs repères. Elle même, se souvient quand elle s'est retrouvée perdue dans cette ville. Cela avait été très dure et pourtant, elle était toujours là.

June l'observa de nouveau. Elle le voyait effectivement très bien dans ce rôle d'instituteur.

-Dans ce cas, on a un autre point commun mis à part aimer se goinfrer de saloperie : les enfants. Quand j'ai le temps, je suis baby-sitter.

Rien que le fait de penser à leurs bouilles adorables, elle ne pût s'empêcher de sourire comme toutes femmes le feraient. C'est à dire un grand sourire éblouissant. Elles adoraient les enfants qu'elles gardaient et c'était généralement réciproque. Tous avec un caractère différent. Il fallait savoir les apprivoiser si on pouvait dire ça comme cela. Leurs manies de se lasser des objets, des films...au bout de trois minutes lui rappelait elle même. Elle se retrouvait chez les enfants et c'est très certainement grâce à se trait de caractère qu'elle se faisait autant apprécier par les mômes. Beaucoup de personnes de son entourage pensent qu'elle ne fait ce métier -si on peut appeler ça un métier- que pour l'argent. Il y a un peut de ça effectivement, mais c'est plus pour les aider. Pour essayer de leurs faire oublier ce qu'il c'est passé "Avant" durant ces quelques heures à leurs côtés. De leur donner une chance... C'était aussi sa manière de compenser le temps qu'elle n'aurait jamais avec sa propre progéniture. Elle était morte. Elle ne pourrait donc jamais donner la vie. La jeune demoiselle avait eu du mal à l'accepter, mais il avait fallu se rendre à l'évidence. Jamais, elle ne pourrait avoir d'enfant. Elle ne pouvait donc que s'occuper de ceux d'autres mères qui elles, ne pourraient que les pleurer.

Sambre qui voulait en savoir plus sur lui, se risqua quand même à lui pose la question qui lui taraudait l'esprit depuis plusieurs minutes...

-Dis moi Naël, pourquoi tu as regardé autour de toi comme si pouvait y avoir un danger quand tu es arrivé ? Et aussi pourquoi tu as sursauté à chaque fois que je t'ai touché ?

Ces deux incidents étaient très certainement liés. Elle en était certaine.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mar 19 Aoû - 11:04



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Le visage du blond se fendit d'un petit sourire quand elle fit allusion à leurs points communs. Ah, tiens, donc même s'il n'avait rien dit quant à sa consommation exponentielle de sucreries, elle s'en était doutée toute seule. Bon, tant pis, après tout il pouvait encore se le permettre, vu son poids. Il faisait toujours très attention à garder son corps en bonne santé, car il savait ce que c'était que la maladie. Il connaissait la sensation d'être diminué, d'être incapable de prendre soin de soi. Ainsi, puisque quelqu'un avait décidé de lui donner une deuxième chance ici, il ne la gâcherait pas à trafiquer sa santé à coups de pains au chocolat.

Ainsi donc, elle avait remarqué tous ses tics, qui étaient plus devenus des toc qu'autre chose au fil du temps. Si elle faisait du droit tout en étant aussi observatrice, les criminels n'avaient qu'à bien se tenir pour les années à venir. Criminels, malfaiteurs, et petits bandits de quartier, toutes ces personnes qu'il ne supportait pas. Et que, en tant que militaire, il avait appris à traquer et à intercepter. Quand on n'avait pas besoin de lui pour une mission-suicide à l'autre bout du monde.

Ses yeux bleus se voilèrent, alors qu'il s'apprêtait à répondre à June. Il n'aimait pas en parler, tout simplement parce qu'il n'avait toujours pas réussi à se détacher de ce passé pour le moins original. Mais, finalement, c'était pareil pour la blondinette, alors il ne pouvait décemment pas lui mentir ou éluder la question.
- Disons que les psychologues de l'armée ne sont pas connus pour leur efficacité... J'ai été Marine pendant 6 ans, avant d'être rappelé pour diverses blessures et maladies. Mais je n'ai jamais réussi à perdre les réflexes de survie et les habitudes d'un tel entraînement...

Il n'avait pas vraiment essayé non plus, mais jamais il ne l'aurait avoué. Pour lui, son état était la pure faute des médecins, qui n'avaient jamais su prendre soin de lui. Il avait perdu la maîtrise de ses jambes par leur faute, par leur incompétence. Il avait développé une phobie monstre des hôpitaux, il se sentait mal dès lors qu'une odeur d'éther ou même d'alcool flottait dans l'air.
Mine de rien, il était salement amoché au niveau mental. A un point tel qu'une presque inconnue l'avait remarqué au bout de peut-être dix minutes.
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mar 19 Aoû - 12:13

Ses yeux bleus s'assombrirent. Elle avait dû taper sur un point sensible. Après tout, il l'avait bien relancé tout à l'heure...

- Disons que les psychologues de l'armée ne sont pas connus pour leur efficacité... J'ai été Marine pendant 6 ans, avant d'être rappelé pour diverses blessures et maladies. Mais je n'ai jamais réussi à perdre les réflexes de survie et les habitudes d'un tel entraînement...

Un ancien militaire donc. Quand il évoqua les blessures et maladies, elle pensa directement à son bras. C'était la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un qui avait fait la guerre. June déglutit. Elle n'avait plus faim. De plus, il y avait une grande différence entre tirer sur des gens et s'occuper d'enfants. Ce nouveau métier devait lui faire le plus grand bien...même s'il gardait des séquelles de son passé. Il ne devait pas avoir la mort facile.

-Ah...ça doit vraiment pas être facile...

June baissa les yeux et se mit à jouer avec l'herbe. Il n'y avait pas grand chose à répondre. Et dire "je suis vraiment désolée" dans ces circonstance, c'était avoir pitié et en l’occurrence, il l'aurait très certainement mal pris. Ce qui aurait été très bête. Il valait mieux changer de sujet en évitant celui du passé et de la famille. Ce qui était assez compliqué si l'on voulait en savoir plus sur une personne. Elle n'eut pas le temps de réfléchir plus. Une grosse araignée noire toute velue était en train de se promener sur le jean du grand blond. La blondinette écarquilla les yeux en ouvrant la bouche et en pointant du doigt la bestiole répugnante.

-Na...Nayiminiaël...y a une grosse araignée sur ton pantalon.

June bondit sur ses pieds et recula de quelques pas, se retenant de crier. Elle avait toujours eu en horreur ces bêtes à huit pattes. C'était le seul être vivant dont elle avait la phobie d'ailleurs. De nouveau la demoiselle déglutit avant de fermer les yeux.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mar 19 Aoû - 15:30



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Il lui adressa un regard plein de gratitude lorsqu'elle ne rebondit pas sur le sujet. La plupart des gens ayant un esprit plus morbide qu'ils n'auraient voulu l'imaginer posaient inévitablement la question "Et tu as tué quelqu'un ?". Elle, elle avait juste rebondi ce qu'il fallait sur le sujet, sans s'apitoyer sur son sort, mais sans non plus montrer un intérêt qui aurait semblé glauque. Et, mine de rien, ça lui changeait agréablement du quotidien, une telle manière de penser et de se comporter.

Oui, ce n'était pas facile. Même s'il s'était engagé dans le sourd espoir de ne faire que protéger des populations, la réalité avait été toute autre. Pour défendre ceux qu'il devait protéger il avait tué des hommes. Des hommes et des femmes, suivant les ordres oh combien idiots des bureaucrates installés confortablement, loin de la simple idée de ce qu'était vraiment la guerre.
Mais il s'était relevé, physiquement comme moralement, en abandonnant tout sur Terre. Ici, il avait suivi sa vocation, il faisait quelque chose qui lui plaisait vraiment. Et qui, pour le moment, ne comportait ni contraintes ni danger quelconque. Il trouvait juste dommage qu'il ait pu passer à côté de ça, et qu'il lui ai fallu mourir pour s'en rendre compte.

Il fronça les sourcils en entendant la blonde bégayer, avant de sursauter violemment quand elle se releva et s'éloigna. Mais, finalement, ce n'était rien qu'une petite araignée qui semblait aimer la couleur de son jean. De un, elle ne parviendrait certainement pas à le blesser à travers la toile épaisse du vêtements. De deux, il en avait vu d'autres, plus grosses, plus dangereuses, à la piqûre bien plus douloureuse qu'une simple démangeaison. Et puis, de trois, elle ne piquait certainement pas.

Il éclata d'un rire vrai et rafraîchissant en regardant les grands yeux bleus de la demoiselle écarquillés par la peur. Il laissa tranquillement la bestiole monter sur sa main, avant de se relever et d'aller la poser dans un buisson à quelques pas. Cela ne l'aurait pas dérangé de la laisser continuer son exploration, mais si l'arachnide le privait de la compagnie de la blonde, c'était non. Alors, plutôt que de la tuer, il l'écartait d'elle, comme ça plus de problèmes.

Il se rapprocha d'elle, remarquant seulement maintenant qu'elle avait fermé les yeux. Levant les yeux au ciel -de toutes façons elle n'en verrait rien- il approcha sa main de celle de June, lui effleurant les doigts pour la prévenir qu'il était là.
- Je suis certaine qu'elle a plus peur de toi que l'inverse, petite June... Mais en attendant elle est partie, je l'ai posée un peu plus loin, ne t'inquiètes pas.
Il lui adressa un petit sourire, pris d'une soudaine envie de lui énumérer les noms des araignées venimeuses des pays d'Amazonie, aussi grandes que sa paume, et nettement plus impressionnantes que cette pauvre bestiole de parc municipal. Et encore. Il pouvait aussi lui parler des scorpions...
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mar 19 Aoû - 16:22

Quand elle sentit la main de l'homme effleurer la sienne, June rouvrit les yeux. Sa réaction avait été un petit peut exagérée, mais elle détestait vraiment ces sales bêtes.

- Je suis certaine qu'elle a plus peur de toi que l'inverse, petite June... Mais en attendant elle est partie, je l'ai posée un peu plus loin, ne t'inquiètes pas.

"Petite June"...on ne l'avait jamais appelé comme ça. En même temps, après la vingtaine, on cessait de se donner des noms de ce genre, mais de l'entendre venir de sa bouche à lui la fit sourire. Du moins jusqu'à ce qu'elle voie son petit sourire à lui qui laissait entendre qu'il pensait des chose qu'elle ne voulait pas savoir. Du tout.

-Je pense que ça va aller merci.

Elle rit doucement trouvant tout de même la situation des plus ridicules. Elle frotta par la suite sa robe pour enlever les plis avant de se redresser et de s'étirer. Maintenant qu'elle était debout, elle n'allait pas se rasseoir. Non, elle avait plus envie de bouger qu'autre chose -et surtout de s'éloigner le plus loin possible de cet endroit- Elle rangea donc son portable dans son sac qu'elle cala sur son épaule. Elle regarda autour d'elle afin de trouver quelque chose à faire quand son regard tomba sur un café. Elle se tourna donc vers Naël et de son plus beau sourire :

-Je t'offre un verre ?

Elle lui avait non pas demandé dans l’intérêt de le draguer ou quoi que ce soit, c'était juste pour passer un peut plus de temps avec lui. Il la déstressait vraiment. Elle espérait donc ne pas se prendre un vent, son alter-égo en prendrait un sacré coup. Son objectif ce serait de ne pas boire comme un trou comme elle a l'habitude de le faire avec ses potes de l'université.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mar 19 Aoû - 18:06



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Il lui adressa une petite mimique désolée. Oui, il n'avait pas pu tuer la bestiole, et même si elle en avait peur il n'y pouvait rien. Après tout, le parc était rempli de ce genre de bestioles, elle ne pouvait décemment pas leur échapper. Alors, plutôt que de l'effrayer avec les arachnides du niveau supérieur, il se tut, la laissant faire sa proposition. Qu'il accueillit avec un grand sourire.

Lui qui avait cru qu'éloigner l'araignée lui permettrait de passer un peu plus de temps en sa charmante compagnie... Il s'était trompé sur toute la ligne, mais fort heureusement elle sauvait la mise. De toutes façons, il n'avait jamais été particulièrement doué pour les relations humaines. Peut-être pas assez observateur, pas assez altruiste... Quoi qu'il en soit, ce n'était pas son truc, d'avoir des liens un peu plus forts que voisin de palier ou collègue de travail. Mais il y a un début à tout, non ?

Il réfléchit un instant, simplement pour savoir comment présenter sa requête. Bien sûr qu'il était partant, il n'avait même pas eu besoin d'y penser pour que cette réponse s'impose. Restait que son orgueil de mâle et les simples bases de galanterie qu'il avait lui indiquaient clairement de l'inviter, elle, et pas l'inverse.
- Pour qu'il n'y ait pas de débat possible, laisse-moi te l'offrir.

Il lui adressa un petit clin d’œil, avant de ramasser son sac, appréciant un instant son poids nettement inférieur. Ah. C'était peut-être de là que venait l'idée de la demoiselle qu'il se gavait de saloperies. Peut-être.
Il rangea sa main inutile dans sa poche, la bloquant, avant de faire passer l'anse du sac sur son épaule. Se mettant à la gauche de June, il lui offrit son bras avec un petit sourire désolé.
- Crois-moi, j'aurais bien aimé te porter pour t'éviter d'avoir à marcher pieds nus, mais j'ai perdu le physique de l'emploi... Je te suis ?
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mar 19 Aoû - 19:27

- Pour qu'il n'y ait pas de débat possible, laisse-moi te l'offrir.

La demoiselle haussa les sourcils. Elle avait complètement zappé la galanterie et tout le tralala dont les gentleman pouvaient faire preuve...et en l’occurrence il en faisait partie. Ce qui ne lui déplaisait pas bien au contraire. De plus, cela voulait dire qu'il acceptait son offre tout en la retournant en invitation pour elle. (je sais pas si cette phrase est très française :/)

-Comme tu voudras, je ne voudrais pas te froisser cher Naël...

Elle lui sourit de toutes ses dents et pris le bras qu'il lui tendait. Il avait rangeait sa main inutile dans sa poche de jean et comme elle avait placé son sac sur l'épaule. Ils devaient avoir l'air d'un drôle de couple ainsi. Mais elle s'en fichait. Elle ne connaissait pas les autres personnes et si elle faisait quelque chose c'était pour son bon plaisir à elle et non pas pour les autres.

- Crois-moi, j'aurais bien aimé te porter pour t'éviter d'avoir à marcher pieds nus, mais j'ai perdu le physique de l'emploi... Je te suis ?

Elle ne pût que rire rien que de s'imagine porter par le jeune homme. Elle se mit donc en marche, ignorant sa dernière phrase. Ce n'était pas la première fois qu'elle cassait ses chaussures.

-Tu sais, c'est pas la première fois que je me retrouve pieds nus à la rue. Maintenant j'ai la plante des pieds super dure !

Elle lui fit un clin d'oeil et ils sortirent du parc. Ils entrèrent dans le café bras dessus, bras dessous. June choisis une table isolée dans un coin de la pièce et lâcha son bras pour s'asseoir. Elle croisa ses pieds nus sous la table et lui sourit.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mar 19 Aoû - 22:10



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Elle prit son bras et l'accompagna jusqu'au café à l'entrée du parc, le rassurant sur son habitude de marcher pieds nus. Après tout, elle faisait ce qu'elle voulait de sa vie, mais il ne put s'empêcher de se demander en quelles circonstances elle avait bien mettre ainsi à l'épreuve ses petits petons. D'autant plus qu'elle était arrivée ici toute jeune enfant, alors il voyait encore moins. A la limite, elle aurait pu avoir des difficultés dans sa vraie vie, ce qui aurait expliqué cela... Mais là, rien. Et, visiblement, elle ne semblait pas prête à lui jeter un os pour qu'il se fasse une idée plus précise du pourquoi du comment. Tant pis. Il avait déjà fait le test avec elle, et il savait désormais qu'il finirait par obtenir une réponse.

Il lâcha June pour la laisser s'asseoir, ayant au passage tiré sa chaise pour lui faciliter la tâche. Il s'inspirait des vieux films mettant en scène les vrais gentlemen anglais, mais il avait toujours apprécié leur manière d'être, si agréables tout en restant d'une politesse extrême. Et, jusqu'à maintenant, il n'avait trouvé personne pour lui dire que c'était mal de procéder ainsi.

S'étant donc assurée du confort de mademoiselle, il s'assit à son tour, ayant préalablement déposé l'anse du sac sur le dossier de la chaise. Il fit un signe de tête au serveur, et celui-ci, loin d'être assailli de monde à cette heure si matinale, vint prendre leur commande.
- Un café pour moi s'il-vous-plait. Et pour mademoiselle...

Il lui adressa un franc sourire faisant ressortir ses fossettes d'enfant. Il ne les avaient jamais perdues, comme si le Destin voulait continuellement lui rappeler que, lui, blond Nayiminiaël, n'avait jamais eu d'enfance. Au moins, il avait un minimum de bons souvenirs, car il n'arrivait à sourire qu'à sa sœur, qui remarquait toujours ces fameuses fossettes.
- Petite June, tu prendras quoi ?
Il lui avait donné ce surnom sur un coup de tête, mais il l'aimait bien. Après tout, il trouvait que cela lui correspondait bien. Totalement en adéquation avec son physique de princesse blonde, et également complètement à l'opposé de son caractère bien trempé. Exactement ce que, lui, appréciait en matière de surnom.
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mer 20 Aoû - 7:05

- Petite June, tu prendras quoi ?

Il prenait donc un café. Elle avait le choix de boire encore un coup sachant qu'elle s'était levée complètement à la ramasse le matin même et qu'elle bossait ce soir. Et elle n'allait jamais bourrée garder un enfant. Ce serait une très mauvaise image à donner à ces petites bouilles d'ange en plus de pouvoir perdre son travail. Bref, elle avait trouvé ce qu'elle allait prendre, ça lui permettrait de pouvoir continuer son petit déjeuner.

-La même chose s'il te plait.

Encore une fois, elle avait utilisé le tutoiement qu'elle préférait de beaucoup au vouvoiement. Elle sourit au serveur avant de poser son regard sur Naël, qui, lui souriait comme un grand enfant. Deux petites fossettes étaient également venues s'ajouter au visage du blond, le rendant très mignon. Dans le sens enfantin bien sûr, bien qu'il ait tout pour plaire.
Le demoiselle se renversa sur sa chaise pour se mettre plus à l'aise et plongea ses yeux dans ceux du jeune homme.

-Jolies fossettes...

Sa main droite vint se poser sur la table pour se mettre à la taper du bout des ongles. La demoiselle n'était pas fan des endroits fermés ainsi que bondé et bien qu'il soit tôt, il traînait déjà pas mal de personne dans ce café. Beaucoup de gens la considérait comme un félin. Elle n'aimait pas être enfermé. Elle préférait quand c'était elle qui allait vers les autres et non pas l'inverse. Passer sa journée à ne rien faire allongée sur un canapé lui allait très bien...Mais il y avait également cette manie de se lasser des gens et des choses. C'était un trait de caractère que peut de personne appréciait chez elle. Mais elle était faite comme ça et rien de pourrait y changer. Pourtant, quelque chose lui disait que ce jeune homme là, elle n'était pas prête de s'en détourner. Il était vraiment des plus intéressant...entre ses manières de gentleman alors qu'il était partie à la guerre et qu'il aurait pût se transformer en un gars complètement violant...et son dévouement pour les plus jeunes...c'était sûr qu'elle n'était pas prête de s'en passer.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mer 20 Aoû - 10:38



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Lorsqu'elle se décida elle aussi pour un café, Nayiminiaël fit un signe de tête au serveur, qui partit aussitôt faire remonter la commande au bar. Quelques secondes après, le blond put entendre le bruit du percolateur que l'on mettait en route. L'avantage de venir le matin, c'était qu'on n'attendait pas trois quarts d'heure sa commande, comme ça pouvait y ressembler aux heures de pointe, pendant la pause déjeuner ou en soirée par exemple.

Le compliment de la demoiselle sur ses fossettes lui fit prendre une jolie couleur rouge. Il s'estimait somme toute banal, sauf peut-être avec un peu plus de muscles qu'un homme normal. Mais il était un simple blond aux yeux bleus, pas très grand et bien loin d'avoir le visage d'un mannequin. En attestaient ces fameuses fossettes, qui lui donnaient un air enfantin très peu propice à l'image du militaire inflexible qu'il aurait parfois voulu donner. Tant pis, ce sera pour une autre fois.

- Et sinon, tu as l'habitude de faire quoi quand tu ne travailles pas ? A par vouloir te lever aux aurores pour essayer de voir si la fac est ouverte, bien évidemment...
Il lui adressa un sourire qui n'avait rien de désolé, mais qui montrait au contraire combien l'erreur de la jeune fille l'amusait. Il trouvait ça particulièrement amusant qu'une étudiante se lève un jour de trop pour aller en cours, quand la préoccupation première de ces jeunes était plutôt de trouver comment se dispenser d'aller en cours.

Mais elle n'eut pas le temps de lui répondre que le serveur revint, posant les deux cafés fumants devant eux. Jaugeant la coupelle, le blond soupira quand il vit que le sucre était dans des petits paquets. Ou avaient disparus les carrés de sucre ces dernières années ? Il était purement incapable d'ouvrir ce sucre avec une seule main, et encore plus incapable de boire son café sans sucre.
Avec une mimique désolée, il décida de profiter du fait qu'il ait une charmante compagne attablée avec lui pour la mettre à contribution.
- Je crains de ne devoir te demander un peu d'aide, ma petite June... Ce disant, il tourna sa coupelle de manière à ce qu'elle puisse voir le paquet de sucre, et il lui désigna du menton.
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mer 20 Aoû - 11:54

Le serveur partit discrètement, emportant leurs commandes avec lui. Naël prit une jolie teinte rosée après que June lui ait fait son compliment sur ses délicates fossettes. Ce qui ne pût la faire sourire que d'avantage.

- Et sinon, tu as l'habitude de faire quoi quand tu ne travailles pas ? A par vouloir te lever aux aurores pour essayer de voir si la fac est ouverte, bien évidemment...

Cet incident avait l'air de beaucoup l'amusé. Sur le moment, la demoiselle n'avait pas beaucoup rigolé mais avec du recul, elle pouvait tout simplement en rire. Il ne devait pas y en avoir beaucoup des élèves dans son genre. Avant qu'elle ne puis lui répondre, le même serveur revint avec les deux cafés. Il les déposa sur la table devant eux et repartit. June déchira son sachet de sucre et le vida dans sa tasse avant de touiller la boisson chaude avec sa petite cuillère.

- Je crains de ne devoir te demander un peu d'aide, ma petite June...


La demoiselle releva la tête et regarda ce que lui montrait son compagnon. Son sachet de sucre. Elle comprit ce qu'elle avait à faire et sans rien dire, saisit le petit sachet et comme elle venait de le faire pour elle même, elle l'ouvrit et versa le contenu dans la tasse du jeune homme. Elle prit même la parole tout en le faisant :

-Et bien...je vois des amis, je vais faire la fête ou bien je reste chez moi à rien faire. Quelquefois je travaille, comme ce soir. Et quand je m'ennuie vraiment je bosse pour la fac.

En gros, elle foutait rien de ces week-ends. Elle vivait seule, n'avait pas de petit ami donc son emploi du temps était très souvent vide. D'ailleurs ça l'arrangeait bien car elle pouvait plus facilement récupérer de ces escapades nocturnes.

-Et toi, à pars venir en aide aux demoiselles en détresse qu'est ce que tu fais ?

La blondinette saisit sa tasse de café en le regardant dans les yeux et prit une gorgée du liquide noir.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mer 20 Aoû - 12:23



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Bientôt, sa bonne âme du matin sucra son café, et le blond put commencer à la touiller pour le faire refroidir un peu. Il détestait le café brûlant et préférait le boire tiède, pour ne pas risquer de se brûler. En plus, boire ou manger un truc brûlant lui donnait plus souvent envie de boire qu'autre chose. Ce qui, après un café, semblait parfaitement ridicule, voyez-le par vous-même.

Tandis qu'elle lui relatait ses occupations, il porta la tasse à ses lèvres, et en but une petite gorgée qui lui arracha une grimace. Toujours trop chaud. Il ne peut s'empêcher de penser que, à part en faisant des fêtes avec ses amis, la blondinette ne devait pas être surchargée d'activité. Un peu comme lui, finalement qui, lorsqu'il ne trouvait plus rien à faire pour sa classe, s'ennuyait à en mourir. Lorsqu'elle lui retourna la question, il ne put s'empêcher de rire de sa remarque. Lui, aider les demoiselles en détresse ? C'était son quotidien, en effet. Reprenant un air des plus sérieux, il lui répondit gravement.
- Même si cela peut être des plus étonnant, je ne fais que ça de mes week-ends : nourrir les demoiselles en détresse à coup de pains au chocolat...

Il lâcha un autre éclat de rire, tellement ça paraissait improbable. Oui, il avait pour habitude d'aider plus ou moins n'importe qui, mais d'ordinaire il aidait puis s'en allait sans rien demander. Et là, franchement, il n'avait pas eu l'envie de partir, pas plus que de la laisser seule. Cette demoiselle lui offrait un peu de joie bienvenue dans son quotidien d'ordinaire si morne. Bien évidemment, il avait les rires et les sourires des enfants, mais la joie de vivre de June était bien plus différente. Et elle éclairait tout autant son quotidien.
- Bon, c'est pas vrai, tu es bien la première dans ce style-là... Sinon, je lis beaucoup, je prépare les cours et les exercices de la semaine pour les petits... Mais je dois bien t'avouer que je suis plus du genre ermite asocial.

Et il était le premier à le reconnaître. Quand il appréciait la personne et que cette dernière acceptait de passer un peu de temps en sa compagnie, il était tout autre, comme d'ailleurs pouvait en attester June. Mais en temps normal, entouré d'inconnus, il préférait rester silencieux et s'enfermer chez lui à regarder le monde du haut de son balcon.
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mer 20 Aoû - 12:55

Elle continua de l'observer tout en buvant son café. Elle sourit le nez dans sa tasse quand elle le vit faire la grimace. Monsieur n'aimait pas le café chaud.

- Même si cela peut être des plus étonnant, je ne fais que ça de mes week-ends : nourrir les demoiselles en détresse à coup de pains au chocolat...

June se joignit à lui quand il se mit à rire. Ce rôle lui allait très bien. Cependant, il n'en avait pas finit et son air sérieux reprit le dessus.

- Bon, c'est pas vrai, tu es bien la première dans ce style-là... Sinon, je lis beaucoup, je prépare les cours et les exercices de la semaine pour les petits... Mais je dois bien t'avouer que je suis plus du genre ermite asocial.

Ah la lecture...elle avait oublié de préciser cela aussi. La demoiselle bouffait les livres à une vitesse incroyable. Que ce soit un roman historique, une histoire à l'eau de rose ou des romans policier, elles prenaient et elle lisait. Elle avait déjà passé des journées entière, allonger dans son canapé, une pile de livre à ses côtés... Ce qui ne l'empêchait pas de ne pas aimer lire pour l'école. Les droits civiques...elle détestait.

-Et bien tu vois, j'aurais pas cru que t'étais de ce genre là... Je pensais que t'étais du genre à avoir plein d'amis...

Et c'est ce qu'elle pensait vraiment. Il était venu avec une telle facilité vers elle... Jamais elle n'aurait fait ça pour quelqu'un. Elle était plutôt du genre à rester dans sa bulle et à ignorer le reste du monde. Quand elle sortait seule du moins.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mer 20 Aoû - 13:20



YOU BETTER MOVE, DANCE
FROM: NAYIMINIAËL

WITH: JUNE





Il commença à siroter son café qui avait un peu refroidi et qui lui permettait de le boire sans faire d'horrible grimace. En temps normal, il s'en serait royalement fichu, mais puisqu'il était en présence d'une demoiselle, autant éviter d'avoir l'air d'un clown. Il avait souvent entendu dire qu'il fallait faire rire les femmes pour les garder auprès de soi, mais si rire signifiait se moquer de lui, il était tout de suite moins d'accord pour tenter l'expérience. Quoique... Jusqu'à présent, June ne s'était pas moquée expressément de lui, ce qui expliquait aussi en partie le pourquoi du comment il était encore en sa compagnie. L'autre partie... Il verrait ça plus tard.

Il haussa un sourcil quand elle le compara à un homme sympathique et entouré d'amis. Non, vraiment, il était souvent d'humeur maussade, taciturne, et ne voulait rien d'autre que son petit quotidien confortable. Les grandes fêtes jusqu'aux aurores dans son appartement bien rangé, très peu pour lui. En plus, avec sa haine de l'alcool, il se voyait très mal tenir toute une soirée entouré de gens bourrés ou suffisamment imbibés pour sentir le parfum capiteux d'une telle boisson. Il avait son petit boulot, son petit appartement, son petit confort et tout son quotidien rangé au carré, il ne souhaitait rien de plus.
Mais ça le troublait un peu, quand même, d'être assis à un café en compagnie féminine s'il ne voulait pas changer de train de vie. Après tout, contrairement aux autres, cette demoiselle était rentrée dans sa tête et n'en sortirait pas de sitôt. Il était beau, son choix de non-changement.
- Je supposes que c'est plutôt flatteur que tu penses cela et pas l'inverse...

En vérité, il n'en savait rien. Préférait-il passer pour la coqueluche du quartier, ou pour le maussade inconnu qui ne fait que passer dans la rue ? L'une des solutions ferait de lui un homme sympathique et amical, ce qu'il était loin d'être avec des inconnus à la curiosité mal placée, qui malheureusement était souvent légion. L'autre le faisait passer pour un homme râleur et conservateur, ce qu'il n'était pas non plus. Enfin. Pas que.
- J'ai l'habitude d'aider les inconnus, c'est pour ça que je me suis engagé puis que je suis devenu maître ici. Mais disons que toi... D'aussi loin que je me souvienne, tu es la première à avoir accepté mon aide et ma présence à la fois. Donc, finalement... Tu es certainement la première avec qui je suis comme ça.

Il ne pouvait pas s'expliquer ce changement autrement. Bien évidemment, avec sa sœur, il avait été aussi totalement différent, mais ce n'était pas non plus cette facilité à parler de tout et de rien qu'il développait en face de June. Ça avait été autre chose.
♥ TY SARA!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   Mer 20 Aoû - 14:25

- Je supposes que c'est plutôt flatteur que tu penses cela et pas l'inverse... J'ai l'habitude d'aider les inconnus, c'est pour ça que je me suis engagé puis que je suis devenu maître ici. Mais disons que toi... D'aussi loin que je me souvienne, tu es la première à avoir accepté mon aide et ma présence à la fois. Donc, finalement... Tu es certainement la première avec qui je suis comme ça.

Effectivement, cela avait été dit avec gentillesse et non pas pour se moquer ou quoi que ce soit d'autre. La suite la trouble. Qui n'aurait pas accepter son aide ? C'était un homme fort aimable et tout à fait normal. Elle se souvint par la suite de son bras. Est-ce que cet handicap faisait peur aux autres ? Peut être. Elle, ça ne la choquait pas et il avait dû le remarquer.

-Les gens disent souvent que je suis spéciale... Dit-elle avec un léger rire en lui faisant un clin d'oeil.

Ce qui n'était pas faux. A l'université, les autres la collaient comme des mouches collent un cadavre. Elle était toujours entouré d'hommes et de femmes qu'elle connaissait plus ou moins bien. Au début, cela ne lui avait pas déplu mais à la longue, ça avait commencé à l'agacer et de temps en temps, elle ne se gênait pas pour râler un bon coup afin qu'on lui rende son espace vitale. C'est sans doute pour ça qu'elle n'avait pas de colocataire. Du moins pour l'instant. Elle ne s'était toujours pas résolu à prendre quelqu'un dans son appartement de peur qu'il ou qu'elle s'étale trop. Elle n'avait même jamais habité avec ses petits amis. De toute les manières, les relations n'avaient jamais durées assez longtemps pour. Ce qui était tout à fais étrange vu que pendant les fêtes, ça ne la gênait pas de danser dans la foule pendant des heures avec du bruit à fond dans les oreilles. C'était un tout autre univers dans lequel elle devenait une tout autre personne. Le félin, lui se tapissait au fond d'elle.

June termina son café et reposa sa tasse dans sa coupelle. Une chose était sûre, elle n'avait plus faim. Du tout. Elle n'avait pas l'habitude de manger autant. Elle ne mangeait même jamais le matin, préférant rester au lit vingt minutes de plus avant de se lever en râlant parce qu'elle était en retard. C'était tout elle.

-Et bien dans ce cas cher Nayiminiaël, je vais me charger de te faire sortir plus. De un ça me donnera un objectif pour sortir de mon lit, de deux ça ne peut te faire que du bien et de trois ça ne peut me faire que du bien à moi aussi. C'est pas bon de rester chez soi ou même tout seul trop longtemps.

Elle avait dit ça plus pour blaguer qu'autre chose. C'est pour ça qu'elle souriait autant. Pourtant, si elle pouvait le revoir, ça ne pourrait que lui faire plus plaisir.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood   

Revenir en haut Aller en bas
 

Running Up That Hill || Nayiminiaël C. Dorwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Be running up that hill ♦ Mickael [end]
» Who is running Haiti for whom?
» 07. Girls running wild
» Silent Hill -Film
» [UPTOBOX] Hamburger Hill [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Life :: Hors Jeu :: Les archives-