AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nayiminiaël Cassian Dorwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Nayiminiaël Cassian Dorwood   Sam 9 Aoû - 13:52

Nayiminiaël C. Dorwood

Bonjour! Je m'appelle Nayiminiaël Cassian Dorwood mais mes amis me surnomment Naël. Je suis né à Juneau, Alaska le 02/07/1986 et de ce fait j'avais donc 26 ans. Côté coeur, je suis célibataire, sachant que mon orientation sexuelle est indéfinie. Je suis maître à l'école primaire et vous devez savoir que je suis atteint de myopathie de Becker et je ne peux plus utiliser mon bras gauche. Ma mort remonte maintenant à presque 2 ans, ce qui fait donc que j'ai en réalité 28 ans. Je suis membre des Diseases. On dit souvent que je ressemble à William Moseley et je remercie Google Image pour les photos.

Caractère
Ce serait mentir que de dire que Nayiminiaël était parfaitement dans son élément chez les marines. Par définition, l'ange blond est calme et délicat. Un peu précieux, même; malgré son handicap, il reste un adepte du ménage et du travail bien fait. Les finitions et l'ordre, ce sont ses mots préférés. Alors oui, peut-être que sur ce point la discipline imposée aux soldats lui convenait parfaitement.
Il est également passionné par ce qu'il fait; il refuse les travaux ingrats s'il sait qu'il ne va pas prendre de plaisir à les effectuer. Il adore son métier, et est tout entier dévoué aux enfants. Son passé le hante trop pour qu'il puisse s'en débarrasser, et malheureusement ses nombreux fantômes reviennent le hanter. Il ne sait pas s'en sortir, d'ailleurs, alors il laisse ses cauchemars lui mener la vie dure.

Pourtant, il ne manque pas de volonté. C'est ce mental de fer qui lui a valu d'échapper un temps à la maladie. C'est ce mental de fer qui lui a permis de tenir tout au long de son enfance, alors qu'il était seul et délaissé. C'est ce mental de fer qui lui a offert sa chance de survie au milieu des batailles de guerre.
Alors, peut-être qu'il ne veut tout simplement pas oublier. Il a toujours un bon nombre de réflexes militaires, plus aiguisés que la normale. Il ne veut pas entendre parler de jeux vidéos sur ce sujet, car il deviendrait fou. Une pétarade le met dans tous ses états. Les feux d'artifice sont une torture. Les alarmes, n'en parlons pas, voulez-vous. Un léger traumatisme qui n'a pas été pris en charge à sa sortie de l'armée, finalement.

Que pourrait-on dire de plus sur lui ? Foncièrement pacifiste, il n'est rentré dans l'armée qu'avec le sourd espoir de protéger les populations. Il refuse toute forme de violence physique, et de toutes façons, diminué comme il est, il ne pourrait plus faire grand-chose. Il préfère de loin s'expliquer avec les mots qu'avec les poings, et pourtant il refuse nettement qu'on lui manque de respect. Il serait même près à chercher autrui, si ce dernier venait à montrer une attitude désobligeante. Mais il sait que, le plus souvent, son visage d'ange blond sur un passé de marine suffisent à décourager la plupart. Bien qu'on soit dans le monde des morts, on peut encore être blessé. Et si ses fantômes de guerre sont toujours là, ses réflexes et ses techniques de combat aussi.

Pourtant, c'est un cœur et une personnalité en or qui se cachent derrière son allure un peu bourrue. Il est foncièrement dévoué à toute cause qu'l juge digne d'intérêt, fidèle en amitié, loyal, et plus que patient. Il est près à écouter les malheurs de chacun et près à aider n'importe qui. Sa vie est entièrement dédiée à ces enfants abandonnés, morts en laissant leurs parents sur Terre. Il n'est pas rare de le voir jouer avec eux, oubliant parfois qu'il est handicapé et que la plupart des actions quotidiennes lui demandent un regain de force et d'énergie.

Cause de la mort
On peut dire que le blond a cumulé. Jamais suivi par un médecin, il aurait pu mourir de n'importe quel virus contracté pendant son enfance. Atteint d'une des malheureusement nombreuses formes de myopathie, il aurait pu subir, comme tant d'autres de ses compagnons d'infortune, un arrêt cardiaque, ou une contraction du diaphragme l'empêchant de respirer. Atteint par des éclats d'obus, brûlé au énième degré, il aurait pu succomber sous l'effet de ses blessures de guerre. Un éclat de la bombe meurtrière logé dans sa colonne vertébrale et entraînant une paralysie des jambes aurait pu s'infecter et provoquer une mort lente, vu que les médecins n'avaient jamais soupçonné sa présence.

Mais c'est certainement plus vraisemblablement de découragement qu'est mort Nayiminiaël. Il a abandonné jusqu'à l'idée même de vivre. Pour qui, après tout ? Ses parents ne se sont jamais occupés de lui et n'ont jamais pris de ses nouvelles. Sa sœur était morte depuis plus de 10 ans. Et lui-même, malgré les médicaments, souffrait le martyre.
Alors, finalement, c'est son mental d'acier qui s'est effondré. Ce même mental qui avait relégué sa maladie très très loin à l'arrière-plan. C'est ce mental qui l'a tué.

Scientifiquement, c'est la maladie. Mais l'ex-marine sait bien que, s'il n'avait pas volontairement oublié de respirer, cette nuit-là, il serait toujours immobile sur son lit d'hôpital, à attendre que le jour finisse.

Bonjour! Je suis Mini BN et j'ai 17 ans et beaucoup de bananes. J'ai connu le forum en faisant de la télépathie et je dois dire que je le trouve bleuuuuu . Je serais présente 4j/7. Je dois dire que je suis gentille, agréable, un peu folle, mais pas contagieuse  ❤. Et vous inquiétez pas, l'histoire expliquera le prénom ^^ Pour finir, le code du règlement est OK PAR DORI.


Code:
[color=red]×[/color] Nayiminiaël C. Dorwood alias William Moseley



Dernière édition par Nayiminiaël C. Dorwood le Dim 10 Aoû - 10:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Nayiminiaël Cassian Dorwood   Sam 9 Aoû - 13:53

L'enfance n'est pas un vase que l'on remplit, mais un feu que l'on allume

Histoire
On dit qu'une histoire commence par une naissance et finit par une mort. On oublie parfois de dire que la naissance et la mort ne font que passer dans une vie, dans une histoire. Et, surtout, on ne dit jamais que la mort n'est pas une fin. Qu'après, il y a quelque chose. Que ce quelque chose ne fait que continuer l'histoire, à défaut de pouvoir la recommencer...

L'histoire de Naël commence à Juneau, dans les contrées arctiques de l'Alaska. Sentons-nous obligés de préciser que cette ville est comme coupée du monde, et est inaccessible autrement que par avion ou par bateau. Jamais il n'a pu réussir à s'évader de cette prison à la taille d'une ville, avant de ne pouvoir le faire seul.
Le petit Nayim Imaël Cassian Dorwood est né dans un hôpital, dont le nom vous importe certainement très peu. Alors que sa mère restait avec lui dans la chambre médicalisée, le fier papa courrait à l'état civil annoncer la naissance de son premier fils. Tout à sa joie d'avoir un rejeton capable de transmettre son nom, cet homme qui s'est avéré aussi négligeant que narcissique n'a pas jugé utile de vérifier l'orthographe. Et ce qui devait arriver arriva : devant l'originalité de ce patronyme, l'erreur est passée. Ainsi, celui qui devait se faire appeler Nayim par les étranges s'est retrouvé à devoir porter Nayiminiaël toute sa vie.

L'ange blond a grandi tranquillement. Un peu délaissé parfois, par des parents qui semblaient avoir oublié quels étaient les devoirs existentiels qui accompagnaient la création d'une nouvelle vie, somme toute fragile et incapable de se débrouiller seule pendant un certain nombre d'années.
Pourtant, malgré ce notoire manque d'esprit maternel et paternel, Nayiminiaël put, à ses trois ans, jouir de la compagnie éternelle d'une petite sœur. La jeune Milénie, princesse blonde aux yeux bleus, eut peut-être un peu plus de chance que lui. En effet, particulièrement débrouillard, ce fut son grand frère qui se chargea de son "éducation", dès lors que ses parents ne le faisaient pas. Tout ce pseudo-équilibre familial finit par détacher complètement les enfants de leurs parents; les adultes en oubliaient parfois jusqu'à leur existence, tandis que les enfants se débrouillaient pour se faire remarquer le moins possible.
Nayiminiaël ne sait pas ce que c'est de manger un repas en famille. Pas plus qu'il ne connaît le sens particulier que revêt un anniversaire ou une fête de Noël. Il ne sait pas non plus que certaines personnes ont le droit de voir vos bulletins, que normalement ce sont les parents qui s'occupent de la mise à jour des vaccins et pas l'infirmière de l'école... Ne parlons pas non plus du principe de vacances, là ou celui de loisir ressemblerait à une insulte.

Mais même une vie à des années-lumière d'une vie honorable ne peut pas éviter le malheur. Un soir, le protecteur Nayiminiaël n'a pas vu rentrer sa chère Milénie. Il s'est inquiété, l'a cherchée des heures durant, avant de recevoir un appel. La police. Pour lui annoncer que sa petite sœur avait été retrouvée morte, bien qu'on n'en saches pas vraiment la cause. Refusant de faire une telle offense à la mémoire de sa défunte sœur, il réfuta l'idée même de lui faire subir une autopsie. Il préférait de loin ignorer ce qui avait bien pu arracher sa chère princesse blonde à la vie.
Peut-être que s'il avait su qu'une autre vie recommençait ailleurs, il aurait eu l'esprit plus tranquille.

Âgé de 18 ans à cette époque, il finit par décider que sa vie ne valait plus grand-chose. Puisqu'il n'avait plus à s'occuper d'autrui, il partit pour le continent. Il quitta son Alaska arctique pour la chaleur étouffante de New York; il quitta son train de vie inutile pour un autre encore plus futile. Au bout d'un long mois sans rien faire, il se présenta à l'armée.
Les visites chez le médecin qu'il n'avait jamais faite y étaient certainement pour quelque chose dans son ignorance. Alors qu'il passait la traditionnelle visite médicale, on lui diagnostiqua une maladie musculaire dégénérative.

Atteint donc d'une myopathie de Becker, on le bourra de médicaments pour retarder ce que tous les médecins appelaient l'échéance. Cependant, au vu de son mental d'acier, ces spécialistes remarquèrent que les muscles fonctionnaient encore presque à merveille. Alors il réussit malgré tout à s'engager avec les Marines, moyennant un nombre affolant de visites de contrôle. Et avec la clause que, lorsque ses muscles viendraient à réellement dégénérer, il quitterait aussi sec son poste.

Débuta alors la période de sa vie où son unique but était celui de survivre. Rien ne pouvait l'en détourner, et il passa 6 ans avec ses compatriotes, au milieu de la guerre.
Mais un jour, le malheur paru décider qu'il l'avait oublié trop longtemps. Et, jouant de pair avec le hasard, il plaça Nayiminiaël au beau milieu d'une explosion. Le beau blond de 24 ans ne fut sauvé que de justesse, moyennant un dos lacéré de brûlures et parsemé de cicatrices d'éclats d'obus. I perdit également l'usage de ses jambes, et tout le monde mit cela sur le compte de sa maladie. L'attaque neuromusculaire avait vraiment commencé, et ne fit qu'empirer au cours des mois qui suivirent.

Réduit à l'état de loque humaine, un éclat de bombe logé au creux de ses reins le gênant continuellement, il finit sa vie en fauteuil roulant. Avant de pousser son dernier soupir, il avait complètement perdu la faculté première d'utiliser son bras gauche.
L'autopsie permit de révéler que son incapacité à marcher tenait d'une simple lésion au niveau de la colonne vertébrale, et non de sa maladie. Il avait passé presque deux ans de sa vie en fauteuil roulant à cause de la simple négligence des médecins.

Lorsqu'il découvrit l'existence de cet autre monde, l'ange blond comprit qu'il tenait une chance de revoir sa sœur. Mais il découvrit également que, si ses brûlures et ses cicatrices ne l'avaient pas suivi, son génome muté était resté au plus profond de chacune de ses cellules.
Même dans cette nouvelle vie, son bras allait lui manquer. Même dans cette nouvelle vie, la négligence de ses parents allait lui porter préjudice. Et, encore heureux, son passage de "l'autre côté" semblait au moins avoir arrêté le processus de dégénérescence.

Depuis presque deux ans qu'il est ici, Nayiminiaël s'est tout entier dévoué à la lourde tâche d'éduquer les enfants des autres. Il a trop souffert dans son enfance pour accepter de les laisser seuls à présent.
A tel point qu'il n'a toujours pas retrouvé sa sœur.



Dernière édition par Nayiminiaël C. Dorwood le Sam 9 Aoû - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Queen of Heart
Deuils : 109 Enterré le : 06/08/2014 Job : Strip Teaseuse à Dark Paradise

MessageSujet: Re: Nayiminiaël Cassian Dorwood   Sam 9 Aoû - 15:28

Bienvenue à toi BN ^^

Merci de nous rejoindre dans cette folle aventure ^^ Hâte d'en savoir plus sur ton personnage au prénom si original ^^

Ton code est bon ^^

_________________